Chaque année des dizaines de milliers d’enfants d’hommes et de femmes meurent dans les pays à faible revenu car ils n’ont pas accès à des traitements médicamenteux efficaces en raison de leur prix et de l’absence d’assurance maladie. Hier, la majorité des habitants des pays riches pouvaient, à l’exception de plus de 40 millions d’américains, bénéficier de ces médicaments. Demain si les prétentions des industriels sont maintenues la situation risque d’être différente car les ressources de ces pays ne seront pas suffisantes pour satisfaire l’appétit financier des laboratoires pharmaceutiques.

L’exemple des nouveaux traitements de l’hépatite virale C (HVC) illustre cette possibilité (2). Depuis quelques mois sont disponibles des antiviraux d’action directe (AVA). Après un court traitement de 12 semaines, par voie orale, éventuellement prescrit par un médecin généraliste, sans qu’une hospitalisation et un lourd suivi biologique soient nécessaires, ces médicaments permettent d’obtenir dans 90% des cas une éradication virale. On sait que la négativation de l’infection virale permet dans un pourcentage élevé de cas d’observer une régression de la fibrose hépatique et même de la cirrhose dont les complications sont moins fréquentes.

Le sobosbuvir est le premier de ces médicaments qui est commercialisé mais une vingtaine sont en développement. Son prix est aujourd’hui de 666 euros le comprimé et le traitement de 56 000 euros, soit pour les 127 000 Français atteint d’une hépatite C chronique qui en raison d’une atteinte hépatique sévère seraient justiciable d’un traitement, une dépense d’un coût de 7 151 millions d’euros.

Ce prix est scandaleux pour plusieurs raisons :

  • le coût de production des comprimés de sobosbuvir nécessaires pour une cure serait de 50 à 100 euros;
  • le prix de vente multiplie par 500 à 1000 fois le prix de production (3) ;
  • ce médicament n’est pas une invention majeure car il dérive d’un médicament le tenofovir (utilisé dans le traitement du sida et de l’hépatite B) dont le brevet est contesté et même révoqué en Inde où la brevetabilité du sobosbuvir est d’ailleurs mise en cause (4) ;
  • les investissements du laboratoire Gilead sont en bonne voie d’amortissement en raison de la croissance de la valeur des actions de cet entreprise.

Comment réduire les écarts entre les coûts de production et les prix de venté afin de permettre aux 150 millions de malades atteints d’une hépatite chronique C, dans le monde d’avoir accès à des médicaments susceptibles de les guérir. Les possibilités offertes par les industriels sous la forme de licences volontaires ne seront pas suffisantes. Le recours aux génériques sera indispensable dont la production pourrait être assurée par des entreprises publiques, comme le fit, il y a 10 ans le Brésil pour permettre aux malades atteints de sida d’avoir accès à des traitements inaccessibles en raison de leur prix et comme comme le fait aussi aujourd’hui l’Inde.

1 Londeix P, Foyette C “Nouveaux traitements de l’hépatite C. Stratégies pour atteindre l’universel” Ce document de 23 pages rédigé à destination de Médecins du Monde est très clair parfaitement documenté Il explique les stratégies que les états pourraient utiliser pour mettre à la disposition de 150 millions de personnes atteintes d’une hépatite chronique compliquée de fibrose les nouveaux antiviraux



http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/nouveaux%20traitements%20de%20l'hepatite%20c.pdf

2 Plusieurs articles ont été publiés en 2014 concernant les résultats des expérimentations des nouveaux antiviraux.

Lawitz E, Poordad FF, Pang PS, et al. Sofosbuvir and ledipasvir fixed-dose combination with and without ribavirin in treatment-naive and previously treated patients with genotype 1 hepatitis C virus infection (LONESTAR): an open-label, randomised, phase 2 trial. Lancet 2014;383:515-523Erratum, Lancet 2014;383:870.

Dans le New England journal of medicine du 17 Avril 2014 on lira avec intérêt l’éditorial de Jay H. Hoofnagle, M.D., and Averell H. Sherker, M.D. « Therapy for Hepatitis C — The Costs of Success » qui est accompagné d’une bibliographie concernant les résultats de ces essais cliniques.

3 Hill A et al “Minimum costs for producing hepatitis C direct acting antivirals for use in large scale treatment access programs in developing countries” Clin Infect Dis 2014;58(7):928-936.

4 The pharmaletter “Initiative for medicines, access and knowledge (I-MAK) challenges Gilead sofosbuvir patent in India” 22 November 2013