L'actualité médicale vue par le professeur Claude Béraud

Accueil

mardi 18 novembre 2014

Le panier des soins remboursables: Quels produits de soins , l'assurance maladie obligatoire doit elle rembourser?

« Le panier de bien et services est l’ensemble des produits et des actes qui sont remboursés en totalité ou en partie par un organisme d’assurance maladie à ses affiliés » [1] Ce concept a pris de l’importance avec les développements depuis plus de 30 ans, de l’évaluation des thérapeutiques et de la médecine fondée sur des preuves qui ont conduit à porter un jugement sur l’efficacité des moyens diagnostiques et des médicaments, puis à la rédaction de recommandations médicales et à une pratique médicale standardisée qui ne prend pas toujours suffisamment en compte les particularités de chaque malade. Il semble évident que les organismes d’assurance maladie ne devraient prendre en charge financièrement que les prestations dont l’efficacité a été démontrée et qui respectant les indications scientifiques sont légitimes. En outre lorsque des traitements ont une efficacité comparable seul le plus efficient donc le moins cher devrait être remboursé par l’assurance maladie obligatoire. Malheureusement il n’en n’est rien et les assureurs continuent de prendre en charge des médicaments inefficaces ou inefficients des interventions chirurgicales inutiles, des hospitalisations évitables. Le panier de biens et services remboursables n’est pas le moyen de régulation qu’il devrait être car l’Etat ne contrôle pas suffisamment son contenu qui devrait évoluer sans cesse pour deux raisons : la commercialisation de nouveaux outils diagnostiques et thérapeutiques ; une connaissance approfondie de l’ efficacité et des risques de ces outils . Faute d’une adaptation de ce panier aux besoins des malades l’Etat ne respecte pas une double obligation : morale , offrir à la population des produits dont le rapport avantages /risques est satisfaisant ; financière, utiliser avec efficience les ressources budgétaires.

Notes

[1] Piveteau D « Le panier de soins une notion en trompe l’œil » Revue Financière 2004 ;76 :175-186 On doit à Denis Piveteau polytechnicien ancien élève de l’ENA qui fut directeur de la CNAM (1898-2000) puis du Haut Conseil pour l’Avenir de l’Assurance Maladie puis Secrétaire général des affaires sociales, ce remarquable article qui traite à la perfection du panier de soins en le replaçant dans le cadre de la régulation du fonctionnement de l’assurance maladie.

Lire la suite

jeudi 16 octobre 2014

Quel modèle pour l’assurance maladie en France ?

Les obstacles politiques à la déconstruction d’un régime d’assurance maladie, mal conçu dés son origine, vieux de 60 ans, responsable d’un énorme gâchis financier mais aussi de difficultés d’accès aux soins et qui aggrave les inégalités de santé sont considérables et probablement insurmontables en France. Le temps n’est probablement pas encore venu pour le gouvernement Français de choisir parmi les modèles d’assurance maladie observés dans le monde celui dont il est raisonnable de penser que ses résultats économiques et sanitaires seraient les meilleurs. Trois raisons seront évoqués par le pouvoir politique : l’opposition des professionnels des soins qui s’accommodent très bien de ce système dualiste et celle des organismes complémentaires dont les services seraient mis au service exclusif de la population et non comme aujourd’hui partagés entre les intérêts privés et publics ; l’opposition d’une grande partie de la population persuadée de l’excellence de notre système d’assurance maladie et des soins délivrés par les professionnels ; l’opposition d‘une partie de l’actuelle majorité parlementaire. Le risque majeur serait de conserver jusqu'à sa faillite un modèle d’assurance maladie générateur d’un gâchis financier de plusieurs dizaines de milliards, d’un accès aux soins parfois difficile et d’un obstacle à la solidarité vis-à-vis des personnes âgées contrainte par les assureurs complémentaires à payer des primes élevées.

Lire la suite

dimanche 5 octobre 2014

Les maladies chroniques : une gestion politique dangereuse et coûteuse

Un tiers des bénéficiaires de l’assurance maladie souffre d’une pathologie chronique dont le coût est à l’origine de 77.4 % des dépenses de l’assurance maladie. Les trois quarts des décès annuels en France sont liés à ces affections. Les prévisions épidémiologiques laissent penser que la fréquence de ces pathologies ira en augmentant. Ces chiffres conduisent à poser deux questions : 1°Pourquoi les maladies chroniques sont elles si fréquentes et graves ? 2° Les politiques de santé publique concernant ces pathologies sont elles conduites en fonction de leurs causes déterminantes ?

Lire la suite

mercredi 6 août 2008

Les effets de la législation sur le tabagisme passif.

En Ecosse, une législation contre le tabagisme, comparable à celle effective en France depuis le 1 janvier 2008, est en place depuis mars 2006. Plusieurs études ont évalué l’impact de cette loi un an après sa mise en œuvre. Les résultats de ces recherches épidémiologiques montrent une diminution du tabagisme passif et un effet clinique : la diminution des hospitalisations pour une atteinte coronarienne aigue.

Ces résultats suscitent des commentaires sur trois questions auxquelles les experts répondent différemment :



Quels sont les risques du tabagisme passif ? Les analyses des données statistiques qui fondent les lois contre le tabagisme passif peuvent elles être contestées ? Quel est l’avenir des lois contre le tabagisme ?

Lire la suite

dimanche 1 juin 2008

Deux projets stratégiques pour l’industrie pharmaceutique : la publicité grand public et le suivi individuel des malades

Les succès commerciaux des entreprises du médicament tiennent moins à la qualité et à l’utilité des produits mis chaque année sur le marché, dont quelques uns ont été responsables de milliers d’accidents, qu’à la foi du public et des médecins en ces médicaments et qu’à la qualité des stratégies de communication des industriels pour : restaurer l’image des médicaments, imposer des prix qui ne sont pas justifiés par leur efficacité et leur utilité et accroître le volume des ventes.

Au total les industriels ont de plus en plus de clients qui utilisent les produits les plus coûteux pour les régimes d’assurance maladie.

Lire la suite